Telle est la question.

On a tous envie de se sentir bien chez soi, dans sa ville, au bureau, dans son environnement. Ces espaces, dans lesquels on se meut, et ce qu’ils évoquent à nos sens, ont un impact sur notre quotidien, notre santé, notre humeur. La première étape vers un « mieux-être » consistait pour moi à me rapprocher de la nature. Pour notre famille, les choses se sont faites par étapes :

  • quitter la capitale
  • rejoindre une ville bien située, agréable, en l’occurrence Lyon (de récentes études la classe parmi les villes les plus attractives de France. Il faut dire que nous sommes plutôt bien lotis, à quelques heures de la mer, de la montagne, sans oublier les possibilités de sorties culturelles, sa dimension internationale, la proximité des lieux de cultes etc)
  • se rapprocher de la nature. Voilà 4 ans que nous nous sommes installés dans un petit village des coteaux du lyonnais. Il y a quelques mois, nous avons été contraints de mettre notre projet nomade en pause. Dur dur ! Notre besoin de changement raisonnant trop fort, on a décidé de composer avec les nouvelles orientations professionnelles et personnelles…
  • Depuis 10 ans, nous sommes en mode décroissance. Objectifs : réduire nos besoins, consommer moins, vivre plus et surtout apprécier l’essentiel. Quelle fut l’étape suivante ? Rendre les clés de la maison actuelle pour un espace plus petit et plus abordable, histoire de diminuer notre budget mensuel et s’acclimater avant le passage à un habitat sur roue (un jour peut-être) ! Nous avons déménagé le 15 Août. Parallèlement, nous avons pris de nouveaux locaux pour notre agence. Que de mouvements… cela manquait !

Quand je vous dis « Déménager », vous pensez certainement à = cartons, mal de dos, joyeux bazar, paperasses, n’est ce pas ? Perso, j’ai vécu cela comme une occasion rêvée pour :

  • harmoniser notre nouvel espace de vie et me pencher sur un art ancestral : le Feng Shui ou science de l’environnement et de l’habitat
  • mettre en pratique le souhait d’un intérieur minimaliste et zéro déchet en famille (la voie est longue mais impactante alors on s’accroche) qui soit vraiment le reflet de notre « moi » intérieur

Ce déménagement (provoqué) nous permettait de se donner les moyens pour : EQUILIBRER ORGANISER AMENAGER notre habitat en ouvrant les possibles. J’avais depuis longtemps envie d’en savoir plus sur l’art du « vent et de l’eau », ce savoir subtil découvert lors de mes pérégrinations chinoises (à suivre très prochainement sur le blog), pour harmoniser les énergies de notre environnement. Cet été, un livre sur le sujet écrit par Lillian Too (maître Feng Shui référente en la matière) me tendait les bras au rayon déco de la bibliothèque. C’était opportun car cette lecture allait également servir côté pro pour le nouveau bureau 😉. Je vous en dirais plus lors d’un prochain article consacré à la mise en pratique.

Mais avant d’aller plus loin, le Feng Shui, c’est quoi exactement ? Une religion ? Une succession d’actes basés sur des superstitions ? Une nouvelle lubie bobo ? Peut-être le pensez-vous ? Je me suis posée la même question (ce serait embêtant pour une monothéiste pure et dure comme moi). Voici quelques éclairages inspirés en outre des écrits de Victor Cheung, bloggeur taiwanais passionné.

Le Feng shui : un savoir ancestral

Le Feng Shui est un savoir ancestral qui a depuis quelques années le vent en poupe en Occident. Il a évolué de multiples manières. Il existe aujourd’hui pléthore de livres, de blogs et d’écrits délivrant toutes sortes d’astuces déco pour une vie meilleure. Cette science millénaire a été orientée, mais un seul livre semble la référence en la matière : le I Ching. 

En plongeant dans les livres relatant les origines du Feng Shui classique, on peut découvrir qu’il ne s’agit ni d’une religion ni d’une superstition :

  • la religion est une croyance en un pouvoir surnaturel, spirituel ou en une puissance supérieure souvent sous forme de dieu ou dieux. Les personnes concrétisent cette adoration via des prières et rituels spécifiques. La religion est empreinte de règles, pratiques et codes plus ou moins strictes.
  •  la superstition est un terme utilisé par les gens pour décrire un système de croyances en lesquelles ils ne croient pas. Par exemple, si quelqu’un ne croit pas que les prières peuvent l’aider à obtenir ce qu’il/elle veut ou a besoin, ils appellent cette croyance une superstition. Elle peut également se référer à des croyances prêtant une influence ou un pouvoir à certaines choses, croyances considérées comme irrationnelles par le locuteur

Le Feng shui n’est ni l’un ni l’autre. Voici quelques axes de réflexions inspirées de mes lectures

Le pouvoir de la nature appartient au Divin

Certaines personnes pensent que le Feng Shui active un pouvoir spirituel qui les aide à arriver à leurs fins, comme améliorer les relations de couple ou apporter la prospérité. Ce n’est pas exact : le Feng Shui active le pouvoir de la nature. Il se focalise sur les 8 points cardinaux, lesquels disposent de forces magnétiques auxquelles les aimants et compas sont sensibles. Il se focalise également sur les formes. Il est important de ne pas confondre le pouvoir de la nature avec le pouvoir de l’esprit. Je crois personnellement que Dieu a créé la nature et l’Esprit. Le Feng Shui consacre les créations de Dieu comme des bienfaits. S’intéresser au Feng Shui pour harmoniser son environnement, c’est un  peu comme domestiquer des animaux pour se nourrir, ou utiliser du bois pour construire nos maisons. Le Feng shui est une science qui utilise les créations de Dieu pour d’autres objectifs que la nourriture, le toit ou l’énergie.

Le Feng Shui ne vient pas en opposition à l’existence de Dieu

Tout comme il ne se substitue pas au divin. Voici la principale raison pour laquelle le Feng Shui n’est pas d’ordre superstitieux ou religieux. Dans le Feng Shui classique, ou dans les enseignements contemporains, on ne mentionne pas Dieu. Il ne s’agit pas de parler de Celui qui a créé les cieux et la terre, ou de la divinité que nous devrions adorer. Le Feng Shui se soucie en l’occurrence moins de Celui qui a créé la nature, la terre, les étoiles. Ce qu’il nous apprend, c’est la manière la plus propice pour utiliser notre environnement afin d’améliorer notre situation présente et nous aider à définir ce que nous souhaitons dans la vie. Bien que la terminologie « Feng Shui » utilise parfois des noms de divinités, il ne s’agit pas de prôner une adoration quelconque. Ces noms servent à transmettre une symbolique. Il s’agit plutôt de croire à l’influence des énergies (invisibles en l’occurrence) dans notre environnement qu’à l’influence d’un objet en particulier.

Aucune croyance ou foi n’est exigée

La religion est une question de croyance et de foi. Quand les choses ne sont pas favorables, l’être humain à tendance à s’en remettre à Dieu ou à une force supérieure, ou de faire confiance à ses plans ou au plan de l’univers. Le Feng Shui n’est pas un système de croyances qui permet d’améliorer une situation donnée de manière miraculeuse. Faut-il croire à cette science ? J’imagine que c’est à moitié vrai ; c’est un peu comme l’effet placebo. Le terme « croyance » n’est pas vraiment approprié, car les connaissances sont bien documentées et vérifiées. Il s’agit plutôt d’une science (inexacte) qui nécessite un minimum de confiance.

Aucune adoration ou rituel nécessaire

Le Feng Shui classique ne prône aucun acte d’adoration. Aucune statue ou autre divinité n’est utilisée. Certains symboles emprunts au taoïsme ou au bouddhisme peuvent rendre les choses confuses. Il s’agit de signes religieux mais ils ne font pas partie de l’essence du Feng Shui.

Pas de code moral

Les religions monothéistes ont des codes et valeurs qui font leur singularité : les commandements chez les juifs, l’amour chez les chrétiens, la compassion chez les bouddhistes, la justice chez les musulmans. Le Feng Shui s’apparente à un simple outil de connaissance qui peut être mis en application, épuré d’ajouts religieux. C’est comme la médecine qui est là pour soigner, ou la loi pour légiférer et apporter la justice. Comme tout outil, son impact dépend de son utilisation et de l’éthique avec laquelle il est appréhendé.

Aucune boule de cristal dotée de pouvoirs magiques

On peut lire des invitations telles que “Si tu places une pierre derrière les toilettes, tu auras des entrées d’argent.”. Ce genre d’astuces relèvent de la superstition. C’est selon moi ridicule. Le Feng Shui n’a rien de magique et ne garantit pas des super pouvoirs. Eh Eh, dommage !

Dans son article, Victor Cheung nous livre une façon de l’appréhender :

« Imaginez que votre vie est un bateau. Avoir un Feng Shui favorable, c’est comme avoir un vent et une mer favorable. Avoir un mauvais Feng Shui, c’est comme affronter une tempête. Et clairement, le Feng Shui ne transforme pas votre bateau en bateau à moteur ou catamaran. Par ailleurs, vous êtes toujours maitre à bord. Vous devez investir du temps et des efforts pour atteindre vos objectifs ».

Ce qui ne peut être vu ne rend pas la chose surnaturelle

“Je ne crois que ce que je vois.” Mon père me l’a répété à maintes reprises. Et cela s’applique lorsque l’on parle du Qi (Chi) à des personnes très rationnelles. Quand je lui demande s’il croit aux sons, aux odeurs, aux radiations ou aux sentiments, il me répond c’est différent. « C’est de la physique ». OK, j’imagine qu’il est difficile de croire à des choses que nos 5 sens ne perçoivent pas. Ce n’est qu’au siècle dernier que des recherches ont commencé à prouver l’existence des radiations 😉 Des micro-organismes ne peuvent pas ailleurs pas être vus à l’œil nu ; faire de telles affirmations au siècle dernier aurait été considéré comme de la superstition. Avec les progrès technologiques, on commence à voir les auras ou le Qi (Chi). C’est la raison pour laquelle, on ne devrait pas faire de conclusions hâtives ou nier l’existence d’un élément juste parce que la science ne peut le prouver à un moment donné.

La « chance » générée par le Feng Shui n’est pas de la superstition

Il est difficile de traduire le terme « chance » depuis le mandarin et la vision chinoise. Quand les gens pensent à la chance, ils pensent à gagner au loto, hériter d’une magnifique maison ou au prince charmant. Il pense à un événement marquant. Et pourtant ce que l’on croit être un bien peut être un mal, comme le rappelle ma tradition :

« Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas » (Coran, Sourate 2 Al Baqarah, verset 216)

Bien que la « chance » soit le mot qualifiant une personne qui bénéficie de tels événements, ce n’est pas ce qu’il signifie en Feng Shui. En Feng Shui, la « chance » décrit une longue période de temps ou une combinaison d’événements spécifiques qui se produisent pendant plusieurs années. Ainsi, on dit qu’une personne a de la chance dans sa vie professionnelle quand elle reçoit une promotion et qu’elle obtient des augmentations de salaires plusieurs années de suite. Nous pourrions donc le traduire plutôt par bonne fortune ou destinée favorable.

Les bases sont accessibles à tous

Le Feng Shui peut être mis en place chez soi par tout un chacun. Pour s’initier dans cette voie, nul besoin d’un maître Feng Shui (exit les consultants en la matière).  On peut toujours pousser davantage la pratique tant cette science est riche sur le plan technique et scientifique, mais ce n’est pas l’objet de ce post. Le réaménagement des pièces, le choix de nouvelles couleurs plus appropriées, le remplacement de certains objets ne nécessitent pas de frais en soi. Une boussole (pour identifier les points cardinaux), un peu de lecture (permettant de comprendre certains concepts et les que le Yin et le Yang ou les 5 éléments) et le calcul de son chiffre Kua suffisent pour initier les premiers changements pour harmoniser votre intérieur.

En tous cas, quelle que soit votre spiritualité, je vous souhaite de découvrir cet art, tant il est passionnant. Il participe selon moi grandement à ouvrir notre esprit et nos sens, à développer la conscience de soi et celle de notre environnement pour se sentir en harmonie chez soi.